Robert Séguineau

Robert Séguineau est un de ces sculpteurs dont on connaît des œuvres sans nécessairement en connaître le nom. En effet ses monumentaux ornent de nombreux lieux publics. Quand à l’homme, je dirais que c’est un Sculpteur, humaniste et détaché..

Si sa « matière » de prédilection est le bronze, il a travaillé sur tous les supports possibles et notamment le marbre qu’il affectionne.

Robert Séguineau, Franck Cazenave, Richard Daulay, Patrice Navarre, Jean-Marie Gautier et Christophe Grosjean
Robert Séguineau lors d’une rencontre avec les chefs

Robert Séguineau, Un jeune homme…

Un regard pétillant, une voix de jeune premier, un esprit toujours en mouvement, une formidable humilité, une réelle préoccupation pour l’écologie, tel est Robert Séguineau aujourd’hui !

Les événements qui ont peut être contribué à lui donner ce petit supplément d’âme, Robert Séguineau pense que cela n’a pas d’intérêt. Il s’est tout de même laissé aller à quelques confidences, qui indiquent que la guerre ne l’a pas épargné.

Une entrée dans le monde de l’art par une porte dérobée…

C’est finalement en 1967, qu’il rentrera dans l’une des plus grandes agences de publicité de l’époque. Initialement embauché comme commercial, il intégrera les équipes créatives au bout de quelques mois. Il se sent à l’aise avec les créatifs et participe à la réussite de quelques belles campagnes publicitaires.

Il officiera dans le même société pendant dix ans.

La lassitude du Parisianisme.

Sa réussite sociale ne l’empêche pas d’avoir une conscience réaliste de l’agitation citadine et de la difficulté à mettre sur rail une réelle créativité . Il sait qu’exprimer un idéal à travers la matière est un chalenge difficile. Il se lance néanmoins avec un peu d’appréhension poussé par une formidable soif de liberté et du désir de vivre sa passion d’un art plastique exigeant: la sculpture.

Son esprit fourmille de tant d’idées, et il a tant de pistes à explorer, qu’il ne sait pas par ou commencer.
Alors tel un boulimique, il se forme à la sculpture sous toutes ses formes. Ainsi après un début avec le bois, il étudiera la sculpture sur pierre et la sculpture du métal, allant du bronze aux métaux précieux.
Et durant 20 ans il continuera à éclairer le quotidien des amateurs d’art du monde entier.

Et sa côte évolue en conséquence, l’adjudication la plus ancienne enregistrée est une sculpture vendue en 1989 chez Loiseau-Schmitz.

Partagez