Nils Inne : Street Artiste

Nils Inne est Né en 1986 à Nice, ou il a grandi entre les pinceaux de son père, lui-même artiste peintre, et sa planche de skate avec laquelle il arpente les rues et places de la cité niçoise. C’est pourtant à Biarritz qu’il passe une grande partie de son adolescence , sponsorisé par de grandes marques, il s’épanouit dans son talent de skateur.

Petit à petit il se concentre sur sur un nouvel objectif ; réunir ses 2 passions; le skate et l’art (peinture, sculpture). Nils Inne collabore avec la marque Obey, son style s’affirme, et après avoir exploré les influences du Street Art et ses représentations figuratives, c’est à travers un travail plus épuré au trait simplifié qu’il exprime son art et sa vision du monde.

Il se penche sur les chef d’œuvres de grands maîtres, les œuvres religieuses, énonçant sa propre vision du monde, et posant un regard neuf sur les monuments de notre culture, il l’exprime dans un enchevêtrement de lignes déliées libres de toute école et d’incroyables mariages de couleurs. La violence et la richesse des teintes n’enlèvent cependant jamais le profond équilibre qui habitent ses toiles et qui touche au premier regard.

Un parcours éloquent

Il est entièrement autodidacte pourtant son trait est sûr et ses œuvres intuitives. Son univers, la culture urbaine, habite chacun de ses tableaux aux couleurs pop. Il vit totalement de son art depuis 3 ans et multiplie les supports : toiles, planches de skate, murs. Il collabore aussi avec des marques de skateboard pour éditer des planches en série.

En 2016 il a décoré un abri sur la côte des basques à Biarritz. Un lieu laissé à l’abandon qui depuis sa réhabilitation a retrouvé de l’attrait et ne passe pas inaperçu. Il laisse aussi sa marque un peu partout en ville en collant des œuvres sur les murs, les escaliers ou les gouttières.
Il recycle également des planches de skate usagées, les découpe puis les recolle pour en faire des sculptures ou des jouets animés.

Ses créations font parler de lui un peu partout, il a exposé à Dubaï, Paris ou Montréal. Un artiste Indonésien a même fait spécialement le déplacement pour le rencontrer dans son atelier à Anglet et illustrer une planche de skate avec lui.

Partagez